COWGIRLS

Voyez ces cowgirls!  Elles sont dans une taverne ou dans un bar aux publicités périmées, passantes dans des abris sous viaduc qu’occupent aujourd’hui des sans-abris, version moderne et désabusée des hommes des plaines. Ainsi, des images, se dégage-t-il une vague impression d’obsolescence. Mais ce n’est pas tant que l’image du cowboy soit devenue un poncif, c’est plutôt que l’Amérique elle-même, pays de routes sans fin, de banlieues ennuyantes et mornes, est elle-même une sorte de mythe en déflation, une illusion de grands espaces et de pérégrinations sans objet ni direction. L’Amérique, ainsi montrée, lovée entre sa figure la plus représentative et la plus singulière, et les espaces vacants de son développement débridé, reste un théâtre, un espace de pacotille.